PHOTO 4

Le livre d’or des Veilleurs de Haguenau, une création originale pour un projet unique

PHOTO 4Le livre d’or des Veilleurs de Haguenau est une pièce essentielle parce qu’en abritant les témoignages de chaque Veilleur, il garde la trace de moments exceptionnels tout en matérialisant la chaîne humaine qui déroule ses maillons depuis le 1er janvier 2015. Pour que ce ne soit pas un objet impersonnel, il a été imaginé et conçu spécialement pour le projet. Nous vous emmenons aujourd’hui dans les coulisses, au cœur de l’atelier de reliure de la Médiathèque de Haguenau où le deuxième tome du livre d’or a vu le jour fin juillet.

Réaliser un livre de toutes pièces est un travail qui demande patience et méticulosité. « Pour une reliure simple, il faut compter 30 minutes de travail environ, explique Marie-Anne Klipfel, en charge de l’atelier de reliure de la Médiathèque de Haguenau. Mais le livre d’or des Veilleurs de Haguenau a demandé, lui, près de 32 heures, sans compter le temps que le livre va passer sous presse. »

Tout cela nécessite bien sûr beaucoup de rigueur et de méthode, pas question de brûler les étapes.

Croquis et fiche technique

Pour ne rien laisser au hasard, le relieur réalise avant toute chose un croquis ainsi qu’une fiche technique avec toutes les informations nécessaires (dimensions, matériaux utilisés, etc). Ainsi, il sait déjà quelle direction prendre dans son travail et à quoi ressemblera l’objet final.

La formation des cahiers

C’est par là que débute le travail. A partir de feuilles de format A3 que l’on plie selon un protocole précis, on obtient des cahiers de 16 pages qui constitueront le corps du livre. Pour le livre d’or des Veilleurs de Haguenau, il a fallu pas moins de 25 cahiers, soit un total de 400 pages.

La couture

Une fois les cahiers pliés, il faut les assembler. On va donc les coudre les uns aux autres, et, difficulté supplémentaire, coudre de telle façon que les fils soient visibles et enchevêtrés avec art et fantaisie. C’est ce que l’on appelle une reliure à structure apparente. Outre son caractère esthétique, ce type de reliure présente un autre avantage, très pratique celui-là : on pourra ouvrir le livre bien à plat, sans craindre de l’endommager.

Le collage

Pour assurer une plus grande solidité à l’ensemble et achever d’assembler le livre, on va ensuite coller le dos des cahiers.

Le dos du livre

Cela fait, on s’attèle à l’habillage du livre, en commençant par la partie la plus sensible : le dos. On en moule la forme pour lui donner un bel arrondi afin d’assurer sa souplesse, on l’habille de cuir pour qu’il soit solide et pérenne, enfin on le décore.

PHOTO 1

Les plats

C’est la dernière étape : préparer les plats du livre, c’est-à-dire ce qui protège les feuillets et va rendre l’ouvrage rigide. Une fois encore, les plats seront travaillés de manière esthétique puisque les planches de décor ont été imaginées et créées spécialement. Rien que ce décor représente une demi-heure de travail.

PHOTO 2

PHOTO 3

Après cela, et après cela seulement, le livre est enfin prêt à être utilisé !

PHOTO 4


La Médiathèque de Haguenau propose des ateliers reliure pour adultes et enfants sur inscription.

Renseignements au 03 88 90 68 10